Que vous vous apprêtiez à vivre votre première expatriation avec vos enfants ou à changer de pays en famille une nouvelle fois, pour vivre le plus sereinement possible cette transition, nous vous expliquons pourquoi vous devez absolument lire l’ouvrage de Florence Chabert d’Hières « I’m a citizen of the world ». A mettre impérativement dans votre bibliothèque au rayon « parent livre expatriation » et à glisser dans votre valise pour tous vos voyages.

Raison 1 : Parce que la première expatriation est un déracinement

Partir vivre à l’étranger avec sa famille et s’installer dans un nouveau pays qui n’est pas le sien relève du défi pour chaque membre. Si la vie hors de ses frontières d’origine est déjà peu évidente pour l’adulte, elle l’est encore plus pour nos petites têtes brunes-blondes-rousses. Et pour cause, les petits sont rassurés et sécurisés par un quotidien bien rythmé dont ils connaissent par cœur le décor, les règles et les personnages. Il se construit dans ce cadre qui compose un environnement ultra structuré. La toute première expatriation est un chamboulement, un séisme, un tsunami qui impose de nouvelles règles du jeu. Obélix lui-même, bien que costaud, dirait que le ciel lui tombe sur la tête à l’annonce de cette nouvelle…
Mieux vaut anticiper cette étape et bien se préparer à annoncer une expatriation à son enfant. L’objectif étant : de créer un nouveau cadre, le plus rassurant possible, le plus doux, le plus positif pour l’engager avec vous dans cette aventure familiale.

Raison 2 : Parce que chaque expatriation est différente

Vous n’en êtes pas à votre « premier coup d’essai » ? Votre tribu a déjà vécu la mobilité professionnelle de l’un des 2 parents ? Alors ils savent déjà ce que signifient changer de pays en famille et comment s’adapter dans un pays étranger. Pour autant, professionnels et parents s’accordent tous à dire que chaque nouvelle installation est différente, certaines plus que d’autres lorsqu’il s’agit :

  • D’annoncer que l’on va changer de continent,
  • D’annoncer que l’on passera d’un mode de vie urbain et citadin (capitale) à quelque chose de plus simple (village),
  • D’annoncer qu’il sera nécessaire d’apprendre une nouvelle langue,
  • D’annoncer un changement d’école et de scolarisation (passer d’une structure FLAM ou AEFE et lycée français à une école locale ou une formule « CNED expatrié »),
  • D’annoncer qu’il faudra s’expatrier avec un bébé en plus cette fois-ci,
  • D’annoncer un retour en France comme dernière étape.

Quels que soient les changements qui vont s’opérer, découvrez avec ce livre comment annoncer un départ et surtout comment accompagner vos « chouchous » dans ce processus d’expatriation et d’acceptation.
Annoncer un départ est la première étape du cheminement et de l’acception du projet. C’est à ce moment que l’on peut commencer à créer tous ensemble la poutre du temps de l’expatrié. Il s’agit d’inclure tous les membres dont les plus petits pour faire une grande frise de tous les moments importants qui vont marquer les derniers mois avant le grand départ.

Raison n°3 : parce que l’auteure a été enfant expatrié, est devenue parent expatrié et coach

Le Sri Lanka l’a vu naitre, mais c’est à Lyon en France qu’elle a grandi, adoptée par un couple franco-italien, elle effectue sa scolarité en écoles et lycées étrangers puis elle séjourne et travaille aux USA. Avec son mari en mobilité professionnelle à Dubaï (Emirats arabes unis), en Arabie Saoudite et d’autres contrées du Moyen Orient (près de 10 ans), elle construit et développe sa carrière nomade de coach auprès de cellules familiales expats, forte de toutes ces expériences et années passées ailleurs et auprès d’autres Français établis à l’étranger. (Le portrait et le parcours de Florence Chabert d’Hières est à découvrir dans Courrier International)
Autant dire que les problématiques liées à l’enfant et à la parentalité en expatriation, Florence Chabert d’Hières les connait comme le font de sa poche ! Ah oui, j’allais oublier, elle bien entendu maman de plusieurs lutins d’âges différents, tous nés à l’étranger. Annoncer une expatriation, elle l’a fait et expérimenté elle-même plusieurs fois et même récemment puisqu’il leur a fallu quitter le Moyen-Orient pour rejoindre Manchester (Angleterre) début 2019.
C’est pour cela que ses clients lui accordent toute leur confiance et pour cela même que cette professionnelle a décidé d’être généreuse et de partager tous ses secrets, astuces et techniques dans un livre (« I’m a citizen of a world ») pour vous faciliter cette transition et vous permettre d’avoir des clés pour annoncer un départ avec moins d’angoisse.

Raison n° 4 : parce que ce livre est une bible, un guide pour l’expatriation en famille

Vivre régulièrement des déménagements n’est pas un long fleuve tranquille, mais en préparant cette aventure familiale elle est riche et bénéfique pour chacun. Florence Chabert d’Hières détaille chaque étape du processus et notamment l’annonce du départ. Dans « I’m a citizen of a world », un chapitre entier y est consacré et autant vous le dire, c’est une mine d’informations comprenant techniques et exercices issus des techniques de PNL et de développement personnel. Vous y trouverez des analogies et des activités pour trouver les bons moments et répondre aux grandes questions que tous se posent. De quoi expliquer concrètement comment cela va se dérouler. Si vous vous demander quel est le bon moment et le meilleur endroit pour annoncer une expatriation à vos enfants, tout est détaillé avec simplicité et bienveillance. Réussir son expatriation en famille, pourrait presque devenir « simple comme bonjour » … Merci qui ? Merci Florence Chabert d’Hières !